Publié dans Ma vie de maman

Je suis désolée !

Mes amours…

Je suis désolée.

Je suis désolée, je ne suis pas la maman que je veux être pour vous. Ce n’est pas ce que j’imaginais : cette tristesse consommée, cette colère, ce désespoir gris que je ressens de jour en jour.

Je veux être un plaisir pour vous. Je veux chanter des chansons idiotes pendant que nous dessinions. Je veux te promener à travers les parcs baignés de soleil. Je veux regarder les fourmis avec toi et manger de la crème glacée pour le gouter. Je veux faire de la pâte à modeler en forme de serpents.

Je veux jouer au foot avec toi, je veux courir des kilomètres près de toi. Je veux écouter de la musique sur ton ordi avec toi.

Mais à la place, certains jours, je peine à sortir du lit. Je trébuche à travers tes jouets et je me tourne à nouveau devant la télévision. Je n’ai pas le courage de chanter une chanson. Je n’ai pas le courage de jouer avec toi au foot. Mon corps me fait trop mal, et si mon corps ne fait pas mal, mon cœur prend le relai.

Cette putain de maladie m’empêche d’être heureuse… Mais le pire, c’est qu’elle vous empêche de l’être aussi. Tout est gris. Je me sens encaissée, étouffé par elle. Ce n’est pas ce que je voulais pour nous. Ce n’est pas ce que je voulais pour vous. Certains jours tous me semblent hors de porter. Une chose est sûre, c’est que je vous aime !

Je vous aime même quand vous me gonflez certains jours, je t’aime même quand tu me verses de la farine partout dans la cuisine, je t’aime même quand tu m’écris sur les murs !

Je t’aime même quand tu as eu un mauvais comportement à l’école, je t’aime même quand tu me réponds avec un ton hautain !
Je vous aime au milieu de ma douleur.

Certains jours, je ne se sens vaguement rassurée : l’amour est une action, pas un sentiment. Je prie pour que mes actions soient assez pour vous.

Il n’y a aucune logique dans tout ça, pourquoi moi ? Pourquoi aujourd’hui ?

Il n’y a pas de raison il n’y a pas d’autre explication ! Je ne demandais pas cette douleur, cette grisaille sur moi. 

Tout le monde me dit de profiter de chaque instant avec vous… Mais comment puis-je profiter de ce que je ne peux pas avoir ? Comment puis-je savourer des moments passés à bout de souffle ?

Cette maladie nous a volées deux ans et demi et c’est déjà bien trop ! Elle nous a volées du temps, elle nous a volées des moments précieux.

La SPA  peut me priver de tant de choses, mais elle ne pourra jamais me priver de vous !

Et peu importe la façon dont il fait sombre, je dois faire face…

Mes bras sont lourds, mais je les ai mis autour de vous. Je suis épuisée, mais je vais trouver la force, je vous en fais la promesse.

IMG_1308

Je veux le meilleur pour vous,  peu importe comment , je vous aime et je continuerai à faire ce qu’il faut, pour vous rendre heureux.

Votre maman

Un commentaire sur « Je suis désolée ! »

  1. Courage ma belle ! Sortir ces mots ne peut te faire que du bien… Je suis de tout coeur avec toi, avec vous <3 <3 <3 Bises !

  2. Il y a tellement de choses que j’aurais pu – dû – voulu (rayé la mention inutile) faire avec mes enfants et que je n’ai pas faites parce que …. ben les jours où je culpabilise je me dis que c’était des mauvaises raisons mais et les jours où mon égo va bien je me dis que je suis un être humain qui a ses propres limites.
    Quand je repense à mon enfance, j’ai le souvenir d’avoir jardiné avec mon père or ma mère nous a raconté que souvent elle nous gardait dans la maison ou en tout cas s’arrangeait pour qu’on aille pas au jardin car ça dérangeait mon père. Donc ces moments dont je me souviens sont des moments volés mais comme souvent avec les enfants, ce n’est pas le « souvent  » qui compte le plus. Alors pas besoin d’en faire des tonnes et d’être toujours en train de faire des choses « avec eux ». On a le droit de vouloir s’allonger un moment dans notre lit à 17h pour souffler au lieu de faire de la peinture avec eux. Quand je regarde mes enfants, ils me semblent pleinement heureux. Ils sont deux et jouent souvent ensemble. Peut-être que si j’avais étais trop présente il n’auraient pas cultivé cette complicité. Parfois en voulant être parfaite on leur pourri la vie. Alors tout va bien. Ce qui rend heureux un enfant c’est l’amour qu’on leur porte pas le nombre de fois où on les promène au parc!
    Maintenant qu’ils commencent à grandir c’est plus simple. En gros c’est un peu eux qui choisissent. Dans un moment je vais partir voir un spectacle. J’ai dit à mes enfants « est-ce que vous voulez venir? ». Mon fils a dit « oui », ma fille a dit « non ». Et s’ils avaient tout les deux dit « non », j’y serais allée quand même. Ils peuvent faire des choses avec moi ou sans moi. Et il ne faut pas croire, ils ne veulent pas toujours me suivre. Mon fils y va plus pour le spectacle que pour être avec moi! Mais je reconnais que ce sera un plaisir d’y être ensemble pour pouvoir en parler après 🙂
    On a toute une copine hyper-active, qui fait quinze-mille trucs avec ses enfants et qui nous donne de gros complexe. Mais perso, je ne suis pas Terminator, quand je suis cuite, je ne me relève pas! Alors je n’aurais pas un A+. Mais comme je dis à mes enfants quand on reçoit les évaluations « c’est pas grave » 😉

  3. Je suis atteinte d’une SPA, j’ai 36 ans et 3 petits mecs de 5 ans, 4 ans et 22 mois. A l’âge de 22 ans là ou la maladie s’est montrée particulièrement odieuse avec moi je n’ai pas echappé aux traitements lourds et là on m’a dit clairement madame vous ne pourrez pas avoir d’enfants…les larmes ont coulé durant des mois, des années… Le passage amour fou a traversé ma vie..hélas durant des années une vie de femme battue…humiliée…pendant des années à tout cacher en plus de ma maladie. Je portais ce lourd fardeau qui me rongeait petit à petit…un jour de décembre 2005 une étincelle qui m’a fait prendre le courage de dire stop à tout ça. Je pris mes clics et mes clacs, ma voiture et adieu la vie de merde il était temps pour moi de prendre un tournant décisif…je me suis rendue chez ma soeur à plus de 700 km!!il neigeait une voiture pas équipée pour la neige mais j’y suis arrivée! Pour m refaire une nouvelle vie j’ai pris l’initiative de couper tout contact avec mon ex, changement de numéro, mode de vie incognito! quelques semaines après je trouvais un boulot de commercial ok pas simple avec la maladie mais je me suis dit c’est maintenant ou jamais…en septembre 2006 j’ai rencontré mon homme qui a tout changé pour moi…une vie comme jamais j’ai pu connaitre à partager des moments de bonheur, de tristesse quand la maladie faisait surface..mais il était là pour m’épauler…par un beau jour de janvier 2009 le 13 plus précisément une grande surprise s’est offerte à nous j’étais enceinte!! je me disais mais c’est pas possible les medecins disaient que non!!! et bien oui mon petit mec était en moi! j’ai accouché en septembre 2009 avec des tas de questions mince vais je y arriver avec cette maladie?? au fil du temps j’ai réussi à combattre..puis nous nous sommes mariés un second mec est arrivé en mai 2011 et l dernier par la plus grande surprise est arrivé en juillet 2013! Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ma vie! j’ai pris la bonne décision de m’eloigner et tout reste que du bonheur! La maladie me laisse pas tout le temps de tout repos mais je marche, je vis et je profite de chaque jours avec mes enfants, mon mari. Ils sont ma force de combattre au quotidien même quand ils râlent je les aime tellement!
    Pour te donner du positif j’en suis arrivée qu’à une seule visite dans l’année avec mon rhumato! j’ai des anti inflammatoires en cas de douleur et ça passe très bien! j’ai repris une vie sociale car avec les enfants on a tendance à s’oublier! j’ai aussi un emploi en milieu hospitalier à mi temps.
    Il y aura toujours des periodes ou ça ne se passe comme on le souhaiterait mais je relativise et je me dis il existe pire que moi 🙂
    Cette maladie est en moi, en toi n’ais pas honte de ces instants ou tu n’en peux plus après tout on reste humaines!! c’est mon combat j’ai décidé de lui faire la guerre et je m’en sors gagnante!! Un jour ou l’autre elle te foutra la paix parce que tu seras plus forte qu »elle. Profite de chaque moment de ta vie, les mauvais moments sont là pour te montrer à quel point tu es courageuse et l’amour de tes enfants ne te fera qu’avancer!!! je t’embrasse!!

  4. impossible pour moi de trouver les mots face à tes sentiments … j’espère que des jours meilleurs vont se succéder pour te redonner force et entrain dans ton combat.

  5. Ma chère chris
    Comme tes mots me parlent, résonnent, me troublent… Mes larmes sur mes joues je suis bouleversée…
    La vie nous apporte son lot de mauvais moment mais elle nous donne de mini bonheur, des petits comme de grands… Faut les capter les ranger dans un coin de notre tête, de notre cœur et en ressortir de tps en tps quand le nuage gris plane au dessus de notre tête… Ne culpabilise pas car nos enfants comprennent notre état, personne ne peut être à 1000% chaque jour…
    Tu n’as pas voulu cette pétasse de maladie… Elle te pourrit la vie je comprends (je suis dans ce cas on recherche irm, scan…c’est insupportable chaque jour un peu plus)
    Elle te fera chier elle te mettra des bâtons dans les roues mais l’amour que tes enfants et ton mari et ta famille te portent te fera lever des montagnes et quand tu seras fatiguée ils te mettront un petit oreiller sous ta tête pour te reposer, te dessineront des maman je t’aime, te feront sourire, te rapporteront des bonnes notes, t’apporterôt un énorme bouquets de roses ou tout simplement te diront je t’aime… Et ca vaut toutes les douleurs du monde…
    Bien entendu ce ne sera plus jamais la même chose faudra vivre avec elle… Ennemie ou amie ???! Ton chemin est déjà là tu leur as écrit, tu lui a écrit aussi je t’admire…

  6. Je ne sais pas comment j’ai fait pour passer à côté de ce texte… J’en ai la larme à l’oeil. Ça me rappelle qu’il n’y a pas plus courageux qu’une maman ! Tu fais partie de ces warriors qu’on ne peut qu’admirer .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *